Kokian


Né en 1971, Kokian compte parmi les héritiers du mouvement expressionniste Bad Painting, à l’instar de Basquiat et de bien d’autres artistes de cette génération. Après une enfance entre la Birmanie et le Maroc, Kokian s’installe en France. Il débute par une période de tags dans les rues de Paris, puis c’est à New York où il trouve son propre style dit décalé et déroutant. Il jette sur la toile son énergie, mêlant des motifs colorés de femmes, ses « Kokianas »,de fleurs et des clins d’oeils à des maîtres de la peinture tels que Picasso, Matisse, Haring, Warhol, Van Gogh ou encore Vermeer. Ses toiles composées à la fois de peinture, graffiti et slogans, interpélant sur de nombreux sujets de société, et son style offensif, ont su attirer l’attention des critiques d’art contemporain. Son regard est original et le trait de pinceau précis, tout en laissant une grande place à la spontanéité. Jamais satisfait, il se remet constamment à l’ouvrage et améliore son travail jusqu’à trouver un équilibre entre le message qu’il porte et l’esthétisme de ses formes et couleurs. Il n’y a pas de place pour le hasard dans le geste de Kokian, juste l’instinct. Le Bad Painting, laisse place à un travail de création, d’assembleur, d’architecte.